Fermer la recherche
Fermer

Connexion

Brèves du CA de la SELF – Avril 2016

Publié le 

10 mai 2016

 par 

Mme Justine FORRIERRE

Ça y est !! Nous touchons enfin au but et le nouvel outil de la SELF est enfin en ligne après un long, mais nécessaire, processus de définition du besoin et de conception (cf. description de Fabrice Bourgeois dans l’éditorial). Un grand merci encore à tous celles et ceux, qui ont œuvré au sein du précédent et du nouveau CA, sur ce projet !
La parole est à vous maintenant comme le dit Fabrice en conclusion de son texte.

En ce début d’année 2016, le CA de la SELF a souhaité lancer un nouveau projet d’envergure : la refonte de la structure des congrès.
La SELF (Société d’Ergonomie de Langue Française) représente l’ergonomie en France et se positionne dans le monde francophone en référence de la discipline. Lors de nos échanges en CA, il fut évoqué le rôle de rassemblement des différentes tendances et courants de l’ergonomie que devrait jouer plus intensément la SELF. En effet, depuis quelques années le positionnement, parfois jugé étroit de la SELF sur l’ergonomie a vu certains courants se distancier et même se détacher de notre société. Un des reproches souvent évoqué est qu’en représentant l’ergonomie ouvertement sous l’angle de l’activité, la SELF aurait mise à distance d’autres ergonomies. C’est un point de vue, certes. Mais ce reproche ne peut se fonder sur une intention délibérée. Le passage par la prise en compte de l’activité comme démarche, méthode d’analyse et d’investigation d’une situation de travail dans l’intervention ne se limite pas à l’examen des conditions de travail pour en réduire les effets négatifs. La prise en compte de l’activité se fait aussi en ergonomie de conception, de la créativité, du produit, de l’innovation, des nouvelles technologies, de l’évolution des systèmes, des interactions hommes-machine, etc.
Pour certains, elle se serait orientée vers une société de professionnels, de praticiens des conditions de travail, laissant moins de place aux autres modes d’expression de l’ergonomie, comme celle des milieux scientifiques, des designers et informaticiens, des graphistes, des concepteurs de produits et interfaces pour n’en citer que quelques uns.
Une des questions sous-jacente est celle du positionnement de la SELF devant la diversité de l’ergonomie actuelle : comment détecter, représenter et couvrir les différentes tendances (sans favoritisme ou ostracisme) ; comment jouer un rôle engagé mais aussi ouvert de société d’ergonomie surplombant tous les domaines de l’ergonomie sans être partisane d’une certaine tendance ou école ?
Le Congrès de la SELF doit être un événement qui contribue au rassemblement et à l’expression des différentes tendances de l’ergonomie actuelle.
C’est dans ce sens qu’un groupe de travail, constitué de membres du CA mais également d’autres membres de la SELF, mène une réflexion pour l’horizon 2017.

En parallèle de ces travaux, un autre groupe de travail lance une réflexion sur la question des membres institutionnels SELF et leur devenir, et du sponsoring autour des congrès. L’objectif ici, vise à améliorer ce partenariat et à donner une meilleure visibilité à ces membres institutionnels ou sponsors, au sein de la SELF et vers l’extérieur.

En tant que membres de notre association, toutes vos remarques qui permettraient d’alimenter ces deux groupes de travail sont évidemment les bienvenues.

Enfin les travaux de ORME se poursuivent en ce début d’année sur deux axes :

  • La poursuite des échanges avec le Pôle emploi visant à la création de la fiche ROME sur le métier : à ce titre un nouveau RDV est calé avec les personnes référentes de Pôle emploi au printemps.
  • L’approfondissement de la réflexion autour de la professionnalisation des ergonomes : la question de fond étant de savoir comment améliorer l’entrée dans le métier d’ergonome et sa professionnalisation tout au long de son parcours professionnel ? L’ensemble des associations constitutives de ORME s’est réuni le 10 février dernier au CNAM sur ce sujet. Chaque association, via son ou ses représentants a pu y exposer son point de vue et ses attentes. Un travail de synthèse et de formalisation de ces échanges est en cours.

Nous ne manquerons pas de revenir vers vous sur l’avancée des travaux du collectif sur ces deux sujets.

Enfin, pour finir, au-delà des hommages déjà diffusés et à venir, je ne pouvais pas conclure ces brèves sans avoir une pensée pour Jacques Christol… et profiter de cette tribune, pour le remercier (encore) dans sa contribution à me redonner la foi en ce métier.

Bien cordialement.

Gabin GINDRO
Secrétaire général